comment choisir sa pompe à graisse ?

comment choisir sa pompe à graisse?

Cet article a pour but de vous guider dans le choix d’une pompe à graisse. Je ne fais pas de comparatif de marque, je ne conseillerais pas un modèle en particulier mais en vous donnant les avantages et les inconvénients de chaque type de pompe à graisse, vous serez capable en autonomie, de faire votre propre choix.


Avant de parler de pompe à graisse, qu’elle soit manuelle, électrique, ou pneumatique, je vais d’abord vous parler de ce que contiennent les cartouches de graisse que l’on met dedans, et surtout à quoi ça sert de graisser.

Mais, sans plus tarder, commençons de suite, vous me suivez ?…


c’est quoi la graisse?


La graisse, pour faire simple, est composée à plus de 80% d’huile minérale ou synthétique que l’on a mélangée à  7% ou 10% de savon de lithium, de calcium, de sodium, de cuivre ou d’aluminium, auquel on rajoute des additifs entre 3 et 10% d’antioxydant, d’inhibiteur de corrosion, d’extrême pression, d’anti-usure ou d’hydrofuges. Il existe aussi des graisses sans savon, à base d’argile et de silice utilisées pour des applications à très haute température.
Tout ceci pour la rendre semi-solide au repos et semi liquide aux pressions et aux montées en température. La graisse est classée suivant un grade NLGI voir tableau ci-dessous

Tableau des grades NGLI

À quoi sert la graisse?

Par principe, deux pièces, que l’on frotte l’une sur l’autre, ont un coefficient de frottement. Ce qui provoque de l’usure, de la détérioration et de l’arrachement de matière. La graisse est là pour limiter ce frottement et ainsi prolonger la durée de vie des pièces et assuré une protection contre les éléments extérieurs.  

Quels sont les différents types de graisse?

Cartouche de graisse

– au sodium : ce sont des graisses de première génération. Température d’utilisation maxi 70°c. Ne résistent pas très bien à l’eau mais font partie des moins chères.

– au lithium : ce sont les graisses les plus utilisées actuellement car elles répondent à 80% pour leur bonne tenue à l’eau, leur température d’utilisation maxi est de150°c, une bonne résistance aux pressions et charges en gardant une bonne stabilité.

– au sulfonâtes de calcium : ce sont les graisses de l’avenir car leurs caractéristiques vont au-delà de la graisse au lithium sur tous les points. Température d’utilisation max 200°c. Le seul frein à son développement est son prix.

– à l’aluminium et au cuivre : ces deux graisses sont faites pour les très hautes températures (jusqu’à 1200°c préconisés pour les vis des boulons), toutes les pièces en contact avec des pièces très chaudes, afin d’assurer un démontage sans grippage. Cette graisse se met sur les freins, butée d’embrayages, goujon ou boulons d’échappement, organes moteurs, etc. On retrouve généralement ces graisses en bombe aérosol.

– au silicone : sous forme d’aérosol, leur usage dans le monde agricole se fait sur les pièces plastiques en contact avec le fer exemple : tube en caoutchouc sur les descentes des semoirs.

– graisse pour contact alimentaire : leur pouvoir de lubrification est plus faible dû à leur pourcentage de savon élevé. Leur prix reste haut à cause du rajout d’additif, pour contrebalancer leurs caractéristiques de lubrification.


Attention ne pas mélanger les graisses entre elles, car elles perdent leurs qualités et cela devient dangereux pour le fonctionnement des pièces.

Pourquoi graisser sa machine et quels sont les organes que l’on graisse?

Tout d’abord, sachez qu’après un lavage de la machine à l’eau ou avec un nettoyeur sous pression, il est impératif de graisser tous les graisseurs. Car la graisse est composée de savon et le mélange avec l’eau dilue ces caractéristiques de graissage. Le graissage sert à lubrifier les parties où la lubrification par huile n’est pas adaptée ou possible. Toutes les pièces en mouvement avec de fortes contraintes de pression et/ou de rotation, exemple : axes de relevage, roulements de roue, chape d’attelage, roulements, bagues.

Vous pouvez en complément de cet article regarder comment-entretenir-son-tracteur-agricole

Quels sont les intervalles de graissage?

Pour les intervalles de graissage se référer à votre livret d’utilisation. La plupart des graisseurs nécessitent un graissage journalier, mais certains ont une périodicité différente. Quand vous graissez, arrêtez dès que la graisse sale, saleté ou de l’eau sorte du point de lubrification, généralement 6 à 8 coups de pompe à graisse. Pensez aussi, lors du graissage, à soulager les appuis pour permettre à la graisse de passer partout.


Les différentes pompes à graisse?

Astuce : les pressions de service et les quantités de volume distribué donnés dans cet articles sont à vérifier sur chaque pompe et chaque marque. Vérifier les pressions annoncées dans les descriptifs, ce sont souvent des pressions maxi d’utilisation et ne correspondent  pas à la pression de travail. Pensez à comparer des valeurs sur de même niveau. Les pompes à graisse s’utilisent généralement avec de la graisse NLGI 2


La pompe à graisse manuelle une main et deux mains, différence/ avantage/ inconvénient ?

Constituée d’une culasse muni d’un levier, ou d’une poignée, et d’un fût vide afin d’accueillir la cartouche de graisse d’une capacité de 400 grammes. L’action du levier pousse sur un piston qui vient appuyer sur un volume de graisse. La tige centrale avec son joint remonte dans la cartouche par l’action du ressort. Pour les modèles haut de gamme, un manomètre est fixé sur la tête de distribution pour une lecture en direct de la pression de service.

Les pompes manuelles avec un levier nécessitent les deux mains pour leur utilisation.

Pompe a graisse à levier

Les + plus de pression de service au graisseur, le levier apporte un confort au niveau de l’effort.

Les  – nos deux mains sont prises, impossible de maintenir l’embout dans le graisseur.

Les pompes manuelles avec une poignée ne nécessitent qu’une seule main pour leur utilisation

Pompe à graisse à poignée

Les + on peut maintenir l’embout dans le graisseur d’une main et pomper de l’autre et moins d’encombrement.

Les – plus de force physique nécessaire car l’effet de levier est très court.

Mon avis : l’indispensable à avoir, à levier ou à poignée suivant ses habitudes et ses besoins.

Les pompes à graisse à pied ou à levier sur fût ?

Pompe à graisse à pied

Le graissage est actionné par un système de pédale. Le réservoir e 5 kg est facilement transportable. Dans le cas d’un levier, le système est fixe sur le fût, il faut donc pomper au fût. Ce système est très peu utilisé en agriculture.

Les + nos deux mains sont libres. Une plus grande capacité d’autonomie. Réglage sur le pistolet de la pression 700 ou 400 bars.

Les – l’encombrement.

Mon avis : une grande capacité, un réglage de la pression, le format des pots de 5 kg tend à disparaitre.

La pompe à graisse électrique ?

Pompe à graisse électrique

Le moteur électrique aidé par un système d’engrenage pousse la graisse à une pression de 400 bars minimum suivant les marques de pompe. Un fût vide peut accueillir une cartouche de graisse d’une capacité de 400 g.

Les + plus de pression de service au graisseur, aucun effort à faire manuellement, confort d’utilisation.

Les – un poids et un encombrement plus importants, maintenir les batteries en charge.

Mon avis : pratique si beaucoup de graissage à faire loin de l’exploitation.


La pompe à graisse pneumatique sur pistolet ?

Pistolet de graissage pneumatique

Le compresseur va envoyer de l’air au pistolet qui va pousser le piston de la pompe à graisse. Muni d’un fût vide pouvant accueillir une cartouche de graisse d’une capacité de 400 g. Pensez à vous équiper d’un enrouleur automatique.

Les + pression de service élevée 850 bars, pas d’effort pour l’utilisateur, rapidité avec un volume injecte environ de 0.8 cm3 par coup.

Les – le tuyau du compresseur attaché au pistolet, travail en poste fixe à l’exploitation.

Mon avis : se fait remplacer par la pompe électrique petit à petit.


La pompe à graisse pneumatique pour fût ?

Chariot porte fût

Un système d’engrenage et vilebrequin avec un piston vient pousser la graisse. Ce système est actionné par l’air, directement sur la canne qui se trouve sur le fût de graisse d’une capacité comprise entre 30 et 200 kg, avec des débits de 1,3 à 3,6 kg par minute.

Les +  pistolet très léger et maniable, pression de service élevée 850 bars, pas d’effort pour l’utilisateur, rapidité avec un volume injecté très important.

Les – le tuyau du compresseur attaché au pistolet, travail en poste fixe à l’exploitation.

Mon avis : plus rapide et une pression élevée. Un bon choix si le graissage se fait sur l’exploitation. Pensez à vous équiper d’un enrouleur automatique.

Les pompes à graisse avec cartouche à visser ?

Pompe à graisse avec cartouche à visser

La cartouche à visser, une petite révolution dans le monde du graissage ! Un cylindre ouvert, plus de ressort, plus de tige à tirer. Il suffit de visser la cartouche dans le corps de pompe. Ce système s’appelle Lube Shuttle®  inventé par MATO . Se décline sur tous les types de pompe manuelle, électrique, pneumatique.

Les + propreté, simplicité,  pistolet très léger et maniable, contrôle du niveau de la cartouche, moins de perte de graisse en fin de cartouche.

Les – le type ou les marques de cartouches à visser disponibles en magasin.

Mon avis : si on franchit le pas on ne fait pas machine arrière sa simplicité et le côté propreté en font un excellent choix.

Remplir la pompe à graisse directement ou ses cartouches ?

Système de remplissage de cartouche à visser

Système qui s’adapte sur les fûts de graisse de 50 et 200 kg, manuel ou pneumatique. Permet de remplir les pompes à graisse, par la vis située sur la tête de la pompe. Un adaptateur permet aussi de remplir les cartouches à visser Lube Shuttle®.

Mon avis : très bien pour l’environnement, mais le manque de temps fait que l’on préfère les cartouches.

Les tuyaux flexibles et rigides, les embouts de graisseur, automatiques ou classiques ?

Embout de graisseur

Livré avec les pompes à graisse, le tuyau rigide surtout utilisé en industrie, l’est peu en agriculture. Les tuyaux flexibles ont différentes longueurs et résistances à la pression. On peut en trouver en accessoires dans les magasins ou sur internet.

Les embouts classiques 3 ou 4 morts livrés d’origine avec les pompes à graisse couvrent 80% des besoins. Mais il existe plusieurs types d’embouts, voir catalogue MATO .  

Embout safe lock

Les embouts automatiques système de verrouillages par bille. Deux marques se partagent le marché ; l’une  appelée « lock on » fabrication canadienne comme un système push pull. L’autre système, appelée « safe lock » se déclenche par un système d’agrafe, fabrication allemande.

Embout lock

Mon avis : les embouts automatiques sont pratiques pour leur maintien sur le graisseur mais leur coût d’achat reste élevé, comparé au mort classique. Votre choix doit se faire sur le temps que vous passez à graisser. Est posez-vous la question : mes graisseurs sont-ils accessibles, est-ce que je perds du temps à cause des embouts ?


Le système de graissage automatique ?

Pompe seul d’un système automatique par cartouche

Système avec une réserve de graisse qui distribue la graisse, jusqu’au graisseur par une installation de tuyaux, qui relient le distributeur de graisse au graisseur. Diffuse la graisse soit en continue, par plage programmée ou au moment de la demande du chauffeur, soit par commandes électrique ou hydraulique.

Le système de graissage automatique est présent sur certaines machines de récolte en option. On peut adapter ce système sur la plupart des machines du monde agricole. Il existe aujourd’hui un système de graissage automatique multipoint par cartouche à visser ce qui facilite la recharge proposé par HYDROKIT .

Les + gain de temps, sécurité, propreté, facilité d’utilisation.

Les – le prix élevé de l’équipement.

Mon avis : très pratique les centrales de graissage automatiques apportent un confort d’utilisation, font gagner du temps et prolongent la durée de vie des point de graissage.

Mais comment faire mon choix ?

Procédons par étape :

1- Quel type de graisse allez-vous utiliser ? Une graisse spécialisée ou la graisse commune la ngli2. Si graisse spécialisée, une pompe adaptée est obligatoire donc choix très limité.

2- La fréquence de graissage ? Combien de graisseurs et le nombre de fois par jour.

3- Quel est votre budget ? 8 ou 900 € ? Déterminez votre budget maxi vous limite dans vos choix.

4- Regardez la qualité des produits, les lieux de fabrication, le poids, regardez aussi le SAV sur le site internet ou le magasin dans lequel vous achetez.

5-Si malgré toutes ces questions vous n’arrivez pas à choisir la pompe à graisse dont vous avez besoin, laissez-moi un commentaire.

Et demain, devrons-nous encore graisser ?

Depuis l’invention de la roue, la friction existe ; allons-nous trouver une solution technique pour éliminer le graissage ? Deux chercheurs ont peut-être un début de solution ; une collaboration entre l’école centrale de Lyon, l’institut de Californie et Nissan Motors au japon a peut-être trouvé un moyen d’espacer le graissage, voir de l’éradiquer en combinant du carbone de tétraédrique TA-C (une sorte de molécule de diamant cristallin) avec une huile non polluante et biodégradable qui est le glycérol. Avec ce type de graisse les frottements métal sur métal sont pratiquement inexistants.

Toutes les adresses et droit d’auteur des images utilisées pour cet articles son disponible sur simple demande.

Dites-moi en commentaire, quelle est la pompe à graisse que vous utilisez et pourquoi ?

En attendant,  bon graissage à tous les agriconnectés

Partager
  •   
  • 19
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 19
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.